Ouagadougou / Burkina Faso
226 - 25 50 80 64/ 25 40 21 66
contact@voixdefemmes.bf

Rapport de formation au profit de 30 filles déplacées et 10 filles non déplacées identifiées en vue de prévenir le mariage d’enfants, les violences basées sur le genre au plan social et familial face à l’insécurité et à la COVID 19

Introduction

La situation sécuritaire au Burkina Faso a entrainé de nombreux déplacements de populations de la campagne vers la ville.  Ainsi au centre nord on a évalué à 463 000 personnes déplacées dont 75 469 hommes, 108 342 femmes et 280 347 enfants, selon le compte rendu des conseils des ministres du 14 Juillet 2021.  On retrouve parmi elles, de nombreuses femmes et filles qui ont perdu leur pouvoir économique dans ce contexte de l’’insécurité et du covid 19.

en pleine séance

En effet, du fait de leur statut de femmes et filles déplacées, elles sont victimes de violence basée sur le genre et  souvent  la méfiance et  rejet des communautés hôtes. C’est pourquoi Voix de Femmes intervient dans cette région à travers des activités  financées par UNFPA, pour renforcer  la résilience de ces femmes et filles.

Parmi ces activités, figure la dotation  de kits  AGR  à  40  femmes et filles déplacées et non déplacées de Kaya.

Pour renforcer la résilience de ces femmes et filles face à la violence basée sur le genre, une session de formation permettra de  prévenir les violences comme le mariage d’enfants, les violences faites aux femmes et aux enfants sur les plans social et familial et ce dans le contexte de l’insécurité et du covid 19 et d’être capables de gérer une activité génératrice de revenus.

  1. Objectifs de la formation

 I-1. Objectif Global :

Contribuer à l’insertion socio-économiques de 40 filles déplacées et non déplacées.

I-2. Objectifs Spécifiques :                                                                            

1- Renforcer les connaissances des filles sur le mariage d’enfants, la paix et la cohésion sociale

2- Doter les filles de connaissances sur le montage et la gestion de microprojets.

3- Rendre les filles capables de sensibiliser  leurs pairs sur les thématiques développées.

  1. Processus d’identification des participantes

Les bénéficiaires au nombre de quarante (40) femmes et filles déplacées et non déplacées ont été identifiées par le  point focal de Voix de Femmes en collaboration avec la Direction Régionale  du Ministère de la Femme, de la Solidarité Nationale et de l’Action Humanitaire du centre-nord. Sur la base  de son  expertise, Voix de Femmes qui travaille depuis 2016 avec les femmes et filles déplacées internes a contribué à l’élaboration des critères et au choix des participantes.

  1. Déroulement de la formation 

La formation a eu lieu les 15 et 16 novembre 2021 à l’annexe de la maison de la femme de Kaya sous la conduite d’une équipe d’organisation. La session a été animée par     deux (2) formateurs, une formatrice en gestion de micro-projet et un membre de Voix de Femmes sur les questions de violences et de mariage d’enfants.

en pleine séance
  • Sur les violences basées sur le genre

A travers un brainstorming des exercices consistants à :

  • identifier les différentes violences vécues par les femmes et les filles
  • identifier les responsables de ces violences
  •  dire pourquoi les femmes et filles sont victimes de ces violences
  •  dire comment faire cesser ces violences (que peuvent, que doivent faire les femmes et filles ? Que peut faire la société ? Que peut doit faire l’état ?)

a permis de mesurer le niveau de connaissance des femmes sur les violences basées sur le genre et comment elles perçoivent la lutte contre ces violences.        De même ces exercices ont touchés les difficultés des femmes et filles déplacées dans leur particularité.

Les réponses et les débats instaurés ont été riches donnant souvent  lieu des récits de vie dans les larmes  qui sont  difficiles à  écouter notamment des affirmations selon lesquelles des femmes et filles sont souvent obligées de se donner pour rester dans leurs logements loués sous peine d’être expulsées.  

Une synthèse a permis d’approfondir la notion de violences basées sur le genre, les conséquences, les solutions possibles, le recours aux numéros verts, les sanctions etc.

  • Sur le mariage d’enfants
  • Un exposé  a permis de donner la définition du concept, sa différence avec d’autres types de mariage, son ampleur, ses conséquences, ses fondements et les solutions. Des échanges ont permis aux femmes de comprendre qu’elles doivent défendre leurs filles qu’on veut donner en mariage, qu’elles ont la possibilité de dénoncer de telles pratiques dans l’anonymat et sans risques de subir des représailles.  Les points sur la scolarisation des jeunes, sur la santé sur la situation économique et sociale des adolescentes données en  mariage ont été longuement discutés.
  • Sur la gestion des micro-projets

Ce module développé par une spécialiste de formation  issue des réseaux des caisses populaires a porté sur les sous modules  suivants :

  • La création et la gestion des activités génératrices dont l’objectif est  d’amener les bénéficiaires à comprendre la manière d’entreprendre les AGR et de conduire la commercialisation des produits qui en sont issus mais aussi et surtout à promouvoir ces AGR  comme facteur de développement à l’échelle individuelle ou collective.

De façon spécifique, ce module a permis aux femmes et filles de :

  • Renforcer leurs connaissances et leurs compétences  sur l’éducation financière et la gestion de base
  • Renforcer leurs  connaissances et leurs  compétences  sur les techniques de gestion des microprojets (gestion de base)
  • Susciter chez celles victimes de VBG et bénéficiaires d’AGR la volonté de développer une AGR

Les notions de la création des AGR, les conditions de chance et de succès d’une AGR, le promoteur et son AGR, AGR et famille, types d’AGR, idée d’entreprise, la gestion des AGR (étude de faisabilité,le capital initial, la gestion des stocks, la promotion, la place ou le lieu de vente, les produits, le vendeur, la fiche de caisse ont fait l’objet d’échanges avec les futures bénéficiaires des AGR.

Ø  En ce qui concerne le sous–module « gestion des dettes », cela a permis  aux participants de :

 

  • Définir le mot prêt et faire la différence entre son propre capital et celui du prêt
  • Identifier les principales raisons pour emprunter
  • Mesurer sa capacité d’endettement / Reconnaitre sa limite d’endettement et prendre une bonne décision pour éviter le déshonneur;
  • Reconnaitre le comportement qui mène au surendettement et au défaut de paiement
  • Identifier les éventuelles conséquences des défauts de paiement

Solutions pour éviter les crédits défaillants

CausesSolutions
L’entreprise ou l’activité ne marche pasDiversifier les sources de revenus /activités
Surendettement (nombreux prêts de gauche à droite)Limiter le nombre et le montant des prêts
Dépenser l’argent du prêt productif sur des achats personnels et non productifs (achat de pagnes hollandais, organiser un mariage pompeux…)Affecter l’argent du prêt productif aux dépenses productives Eviter de payer des pagnes hollandais, les brochettes, la bière ou le coca, …
Se faire voler son argentDéposer régulièrement les recettes dans un compte
Absence temporaire de marché (mévente)Déposer auparavant régulièrement les recettes dans un compte.
  • Par rapport au sous-module « épargne» l’objectif de cette formation est d’aider les participants à reconnaitre l’importance de l’épargne, à apprendre comment et où épargner, et à faire un plan d’épargne.

 De façon pratique :

  • Savoir ce que c’est que l’épargne et pourquoi épargner
  • Identifier comment surmonter les difficultés et obstacles à l’épargne
  • Identifier les mesures à prendre pour augmenter l’épargne
  • Identifier les options d’épargne
  • Identifier les caractéristiques des services d’épargne qui influenceront votre choix

Conseils et leçons à retenir pour épargner  

  • Epargner autant que vous le pouvez, aussitôt que vous le pouvez
  • Epargner à la hauteur de ce vous pouvez
  • Faire tout pour épargner 500 FCFA sur chaque 5 000  FCFA que vous gagnez même si vous n’avez pas un objectif spécifique
  • Dans la mesure du possible, rembourser vos dettes en constituant votre patrimoine
  • Ne gardez pas beaucoup d’argent sur vous pour éviter la tentation de le dépenser
  •  Dépensez prudemment, épargnez régulièrement 

Des expériences sur ce qui constitue le capital, sur les possibilités d’écoulement, l’élargissement des activités, comment se comportera le  produit sur le marché, quel type de clients se trouve dans la zone  et quels sont  leurs besoins, quels  produits et services préfèrent-ils, à quels prix accepteront-ils le produit, la propreté, la fiche de stock et les comportements qui garantissent la vente ont été longuement  partagés. 

Conclusion

Trente (30) femmes et filles déplacées et dix (10) femmes et filles non déplacées ont participés effectivement au renforcement de  leurs  capacités  sur la lutte contre les violences basées sur le genre, le mariage d’enfants en contexte de l’insécurité, le  covid 19 et sur la gestion de micro-projets.

 Une équipe de formateurs ont permis aux femmes et filles de s’approprier ces thématiques et de beaucoup échanger sur les conditions de mise en œuvre des activités génératrices de revenus.

 Les bénéficiaires sont outillées pour être des relais auprès de leurs paires. Elles se sont engagées à être aussi des exemples dans leur milieu. Nous espérons que le jumelage entre participantes déplacées et non déplacées permettre une solidarité entre elles  et partants une cohésion sociale.

N.B : Cette mission a été l’occasion de rencontrer le Directeur régional du Ministère de la Femme, de la Solidarité Nationale et de l’Action Humanitaire du centre-nord. Il s’est agi de prendre contact avec  lui  et de  faire le point de la formation et des activités. Le directeur a souhaité une meilleure communication sur les activités et promis son accompagnement pour la suite.

 A cet effet, Monsieur le directeur régional  a été représenté à cette formation. Son représentant   a exhorté les femmes et les filles bénéficiaires à saisir cette occasion pour renforcer leur pouvoir économique et leur résilience en matière de violences basées sur le genre.

Photos de famille

Une concertation  entre l’équipe de Voix de Femmes et les représentants de la direction régionale  a permis de préciser la suite des activités notamment la dotation des kits d’installation, les séances de sensibilisation et la supervision des activités mises en œuvre.

                                                                                                         Les formateurs

Marcel Kaboré et Murielle Bado

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *