Ouagadougou / Burkina Faso
226 - 25 50 80 64/ 25 40 21 66
contact@voixdefemmes.bf

Dialogues en familles à Pabré et Komsilga

RAPPORT DES  ANIMATIONS DE DIALOGUES EN FAMILLES AU PROFIT DES JEUNES FILLES DE PABRE ET KOMSILGA SUR LES MUTILATIONS GENITALES FEMININES,LES MARIAGES D’ENFANTS.


 

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet conjoint UNFPA/UNICEF pour l’accélération de l’élimination des mutilations génitales féminines et des mariages d’enfants, l’ONG VOIX DE FEMMES a animé des dialogues éducatifs dans 50 familles dans les communes de PABRE et de KOMSILGA pour renforcer les actions de proximité en matière de promotion de l’abandon des MGF et des mariages d’enfants dans 10 villages dont 5 à Komsilga et 5 à Pabré.

 

I OBJECTIFS DES DIALOGUES EN FAMILLE 

Objectif général

  • Contribuer à l’élimination des MGF au Burkina Faso

Objectifs spécifiques

    • Développer l’approche novatrice « approche dialogue en famille » pour la promotion des droits de la femme et de l’abandon des violences faites aux femmes et aux enfants dans les communes de Komsilga et Pabré.
    • Amener les communautés des communes rurales touchées á faire des déclarations publiques de soutien au processus de généralisation de l’enseignement des contenus sur les MGF dans le système éducatif.

 


II RESULTATS ATTENDUS

    • Les populations des dix villages touchés apportent leur soutien au processus de généralisation de l’enseignement des contenus sur les MGF dans le système éducatif

    • Les communautés des communes des deux communes touchées ont fait des déclarations publiques de soutien au processus de généralisation de l’enseignement des contenus sur les MGF dans le système éducatif.
    • L’approche novatrice « approche dialogue en famille » pour la promotion des droits de la femme et de l’abandon des violences faites aux femmes et aux enfants est développée dans les deux communes.

 


III DEROULEMENT DES ANIMATIONS

Les animations ont été assurées par quatre noyaux relai au cours du premier trimestre et par huit animateurs au cours du troisième et quatrième trimestre au total 350 dialogue en famille   ont été faites dans les deux communes et ont concerné les villages suivants :

    • Komsilga centre
    • Dawanegomdé
    • Bangma
    • Gomsi
    • Boula
    • Pabré centre
    • Katabtenga
    • Wille
    • Bendatoega
    • Wavougué

Dans ces villages cibles chaque famille a bénéficié de sept (07) animations de dialogues en famille. Ainsi au total 350 dialogues éducatifs ont été animés par les animateurs de Voix de Femmes soit 175 animations à PABRE et 175 animations à KOMSILGA pendant la période de janvier 2017 à décembre 2017.  Ces animations ont été assurées en deux étapes, en effet, au cours du 1er trimestre (Avril à juin), les noyaux relais ont réalisés 116 dialogues en famille soit 58 a Pabré et 58 a Komsilga. Les thèmes abordés au cours de cette période étaient les suivants :

– l’excision /définition et types ;

– Les causes de l’excision ;

Au cours du troisième et quatrième trimestre 234 dialogues éducatifs ont été réalisés soit 117 à Pabré et 117 à Komsilga.  Les thèmes qui ont été abordés au cours de cette deuxième phase étaient les suivants :

    • Les conséquences de l’excision ;
    • Les dispositifs et cadre juridique de lutte contre les MGF au BF ;
    • Mariage d’enfants /définition et cause
    • Les conséquences des mariages enfants ;
    • La contribution des communautés dans la promotion de l’abandon des MGF et des mariages d’enfants.

 

En vue de faciliter ces animations, Voix de Femmes a enregistré les différents thèmes en mooré puis ensuite ces émissions ont mises sur des clés USB et remises aux animateurs qui ont été équipés aussi avec le matériel audio (radio ; batterie chargeable). Dans chaque famille avant d’ouvrir les discussions avec les membres de la famille, les animateurs faisaient d’abord écouter le thème du jour puis ensuite les membres de la famille étaient invités à donner leur avis sur le sujet.

A l’issue des discussions une synthèse est faite par les animateurs qui remerciaient la famille avant de prendre congé d’elle mais pas sans avoir fixé un rendez-vous pour la prochaine animation.

Au total 3672 personnes ont été touchées dans les 50 familles par les activités de dialogue en famille et se répartissent conformément au tableau ci-dessous :

Tableau : Répartition des personnes touchées par les dialogues en famille par commune et par sexe

 

Hommes Femmes Filles Garçons Total
Komsilga 381 369 417 297 1464
Pabré 669 684 441 414 2208
TOTAL 1050 1053 858 711 3672

 

  1. DIFFICULTES RENCONTREES

Cependant il faut noter qu’il y a eu plusieurs insuffisances notamment dans le déblocage du budget ce qui a occasionné un retard dans la réalisation des activités. Toutes les activités du troisième trimestre ont été réalisées au dernier trimestre cumulé avec celui du dernier trimestre.

En outre, au cours du troisième et quatrième trimestre avec la saison hivernale, périodes des travaux champêtres, les animateurs ont été obligés de faire les animations tardivement dans les soirées. En raison du fait que les membres des familles ont passé la journée dans les champs, leur attention n’était plus très soutenue lors des animations.
Aussi serait-il souhaitable pour les activités à venir que l’accent soit mis au cours du premier et deuxième trimestre pour éviter les difficultés du troisième et quatrième trimestre.

 

CONCLUSION

Dans l’ensemble les activités se sont déroulées dans de bonnes conditions. Toutefois plusieurs familles ont souhaité que les activités du troisième et une partie du quatrième trimestre, soient reportées au premier et deuxième trimestre ou allégées prochainement.

Les populations des communes ont salué la pertinence des animations qui vont induire des changements de normes en ce qui concerne les MGF et les mariages d’enfants au sein des familles et de la communauté villageoises des communes de Pabré et de Komsilga. Le suivi des cellules de veille au cours de l’année 2018 vont permettre de renforcer les acquis des activités qui ont été menées dans les deux communes rurales.

 

Fait à Ouagadougou le 29 décembre 2017

KABORE Edmond | Educateur social

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *